Blogia
Terrae Antiqvae

El Mediterráneo de los Fenicios. De Tiro a Cartago

expo fenicios paris cartel

El arte fenicio toma el Instituto del Mundo Árabe de París

Medio millar de obras procedentes de unos setenta museos de todo el mundo configuran en el Instituto del Mundo Árabe de París la primera exposición dedicada a los fenicios en sus casi diez años de historia.

"El Mediterráneo de los Fenicios. De Tiro a Cartago" repasa un milenio de historia de un pueblo emprendedor y navegante que impregnó los mares de la antigüedad con sus costumbres comerciantes y que dejaron huella en diferentes civilizaciones.

Objetos procedentes del emplazamiento originario de los fenicios, en el actual Líbano, pero también de las costas sicilianas, del norte de África y del levante español, sin olvidar las islas mediterráneas, configuran la muestra que estará abierta hasta el próximo 20 de abril.

Considerados por el historiador romano Plinio el Viejo como los inventores del alfabeto latino, los fenicios dejaron una profunda huella sin haber sido en ningún momento un pueblo conquistador.

Quizá por eso hay que remontarse a 1988 para encontrar otra exposición sobre ellos, protagonistas ese año de una amplia muestra en Venecia.

"Crearon fuertes lazos entre poblaciones gracias a esta movilidad que tuvieron por todo el Mediterráneo, esa mezcolanza de ideas que fue muy moderna en la época", asegura la comisaria de la exposición, Elisabeth Fontan.

FENICIOS EXPO 01

Photo: Sceau, scarabée et anneau, Sidon- Mgharet Tabloun, âge du Fer III (V-IVe siècle av. J.-C.) Or, argent, améthyste, D. 7 cm. © Musée National de Beyrouth

Pese a su prolijo comercio, a su profusa fundación de colonias con fines comerciales y a los vestigios que dejaron, los fenicios son un pueblo poco conocido, asegura Fontan, que recuerda que el nombre bajo el que se les agrupa les fue puesto por los otros pueblos.

Ellos se definían como habitantes de Tiro, de Biblos o de Sidón, ciudades independientes entre sí, próximas geográficamente y cuna de la cultura fenicia.

Expo Fenicios París 005

Photo: Tributaires phéniciens apportant de l'orfèvrerie, bas-relief de l'Apadanâ de Persépolis (Iran, 486-465 avant J.-C.)

En la muestra, pequeños objetos decorativos conviven con grandes esculturas, como por un imponente sarcófago, realizan un repaso histórico a la actividad de un pueblo que comienza en el siglo XII antes de Cristo y finaliza en el IV antes de Cristo.

A través de los objetos expuestos pueden comprobarse diferentes estilos y concepciones, testimonio de que los fenicios se impregnaron también de las culturas y gustos de los pueblos con los que comerciaban.

FENICIOS EXPO 02

Photo: Dame à la fenêtre, Arsian Tash VIIIè siècle av JC, ivoire. © RF/Stéphan Allègre

Aunque la mayor parte de las obras proceden del parisiense Museo del Louvre, socio de la exposición, numerosas instituciones se han asociado a la misma.

Desde España han viajado piezas de los museos arqueológicos de Albacete, Badajoz, Cádiz, Cartagena, Ibiza, Granada, Huelva, Málaga y Villajoyosa (Alicante), además del Arqueológico Nacional y de la Fundación Lázaro Galdiano de Madrid.

FENICIOS EXPO 03

Photo: Plaque de revêtement de porte, Balawat, vers 900 av. J.-C. Bronze, 20 x 37×0,5 cm. © Photo RMN / Droits réservés

En paralelo a la exposición, el Instituto del Mundo Árabe organiza una serie de actividades paralelas como un festival de cine, otro de danza y una serie de coloquios y debates sobre esta civilización antigua.

Fuente: EFE, París 6 de noviembre de 2007

Bas-Relief de bateau phénicien datant du 1er siècle avant JC

Photo: Bas-Relief de bateau phénicien datant du 1er siècle avant JC.

(2) La Méditerranée des Phéniciens, de Tyr à Carthage

C’est à une prodigieuse épopée autour de la Méditerranée que l’Institut du monde arabe entend convier à présent son public, celle des Phéniciens au cours du 1er millénaire avant l’ère chrétienne.

FENICIOS EXPO 04

Photo: Stèle gravée. © RF/Stéphan Allègre

Navigateurs et marchands habiles, les Phéniciens sont aussi réputés pour avoir diffusé l’alphabet et donné naissance à de grandes figures de la mythologie: Cadmos, Europe, Adonis… Si l’architecture phénicienne demeure mal connue, peu de monuments ayant subsisté, la statuaire est, en revanche, fascinante –qui comprend notamment d’extraordinaires sarcophages anthropoïdes qui seront présentés dans l’exposition–, comme l’est aussi la culture matérielle que l’on a conservée et qui se compose essentiellement d’objets mobiliers d’un grand raffinement.

FENICIOS EXPO 06

Photo: Sarcophages anthropoïdes. © RF/Stéphan Allègre

Avec cette exposition d’envergure réalisée avec la collaboration exceptionnelle du musée du Louvre, l’IMA propose un regard sur la civilisation et l’art phéniciens d’abord considérés dans leur berceau géographique, autour de cités-Etats comme Byblos, Sidon, Tyr. Des séquences se succèderont ensuite, chacune illustrées avec des pièces exceptionnelles et consacrées à l’écriture, que l’on rencontre sur différents supports tels la monnaie, les sceaux, les tablettes en argile, les stèles en pierre; à la religion, avec un panthéon statufié dans le métal et la pierre, mais également nombre d’ex-voto en terre cuite; au commerce qui diffuse la pourpre ou le bois de cèdre ainsi qu’à l’artisanat qui façonne le verre, la faïence, l’ivoire et les métaux précieux.

FENICIOS EXPO 05

Photo: Protomés de femmes (Sicile/Sardaigne). © RF/Stéphan Allègre

Sur le thème des variations autour de techniques, de formes, d’iconographies, seront abordés ensuite les échanges que les Phéniciens ont développés et entretenus avec les peuples établis sur l’ensemble du pourtour méditerranéen, du nord comme du sud. C’est ainsi que seront organisées des séries ayant pour point de départ une pièce phénicienne et ses variantes teintées aux couleurs des régions et des cultures où elles ont été élaborées. Le parcours s’achèvera avec le prolongement occidental de ce courant de civilisation, depuis Carthage et le rayonnement punique.

(3) Exposition

La Méditerranée des Phéniciens, de Tyr à Carthage

Annick Colonna-Césari

Ils dominèrent le Bassin méditerranéen pendant un millénaire et inventèrent l'alphabet. Mais ce peuple reste mystérieux. Une exposition à l'Institut du monde arabe retrace son épopée.

Expo Fenicios París 001

Cliquez ici pour découvrir les objets présentés dans l'exposition La Méditerranée des Phéniciens, de Tyr à Carthage. Un diaporama commenté par Christian Makarian, directeur de la rédaction délégué.

Qui sont les Phéniciens?

Eut-être les inventeurs de l’«Union méditerranéenne» avant l’heure. C’est en tout cas ce que montre la riche exposition qui se tient à l’Institut du monde arabe. Navigateurs chevronnés doublés d’artisans renommés, originaires de Tyr, de Sidon, d’Arwad ou de Byblos –cités de l’actuel Liban– ils dominèrent la Méditerranée au Ier millénaire avant notre ère. Entourés de nations puissantes comme l’Egypte, l’Assyrie ou la Babylonie, serrés sur une bande côtière étroite et déchiquetée, entre mer et montagne, les Phéniciens n’avaient d’autre issue que de prendre le large. C’est ainsi qu’ils fondèrent comptoirs et colonies, allant de Chypre à l’Italie et à l’Afrique du Nord, jusqu'à atteindre, au-delà des colonnes d’Hercule –qui délimitent l’actuel détroit de Gibraltar– les rives de l’Atlantique, en Espagne, au Portugal et au Maroc. La Phénicie n’est pas à proprement parler un Etat, mais plutôt une confédération informelle de cités indépendantes, ayant chacune un roi et des dieux. Ce sont les Grecs qui ont inventé le nom de Phéniciens: Phoinikes, tiré de phoinix, «rouge». Est-ce en référence à leur peau brûlée par le soleil ou à la pourpre dont ils teintaient leurs fameux tissus? On ne le saura jamais. A quoi doivent-ils leur réputation? E Ils ont inventé l’alphabet, à l’origine de ceux toujours utilisés aujourd’hui dans le monde. Fondé sur un système simplifié de 22 lettres, il répondait aux nécessités d’une communication facile et s’est répandu au rythme des expéditions. Ironie du destin: leurs écrits n’ont pourtant que peu survécu. Si les Phéniciens ont produit une littérature, on en a perdu la trace. Ne subsistent que des inscriptions laconiques, gravées sur des jarres, des coupes ou des stèles, épitaphes, formules commerciales ou dédicaces votives. La connaissance de leur histoire provient donc non de leurs témoignages, mais des récits de leurs voisins, parfois ennemis, que rapportent la Bible, les Annales assyriennes ou les écrits d’Homère.

Expo Fenicios París 002

Photo: Cette petite perle en forme de masque fut portée en pendentif. Faite de pâte de verre, elle a été trouvée près de Tyr. Ces pendentifs, fabriqués par milliers à Carthage, connurent un grand succès. Sans doute leur attribuait-on des vertus protectrices. Tête barbue, IIIe siècle av. J.-C. © DR

Que sait-on de leur histoire?

Même si l’âge d’or des Phéniciens se situe au Ier millénaire avant l’ère chrétienne, leur épopée a démarré plus tôt. Ainsi Byblos est-elle, dès le IIIe millénaire avant Jésus-Christ, une riche agglomération faisant commerce du bois de l’arrière-pays. En échange de céréales et de papyrus, elle fournit aux Egyptiens cèdres et pins pour la construction de leurs pyramides, de leurs bateaux et de leurs sarcophages. La réputation de Tyr, elle, croît au fil des siècles. Son roi, Hiram Ier (969-935 av. J.-C.), envoie le bois, le bronze et l’argent, mais aussi des artistes et des architectes, pour édifier le temple de Salomon, à Jérusalem. C’est Tyr qui mènera la grande expansion à travers la Méditerranée. En 814 avant Jésus-Christ, elle fondera Carthage. Et, lorsque son aura déclinera, trois siècles plus tard, à la suite du siège mené par Nabuchodonosor, roi de Babylone, c’est Carthage qui prendra le relais. Tyr sera définitivement vaincue lors de la conquête d’Alexandre le Grand. Seule de toutes les cités phéniciennes à résister aux assauts du roi de Macédoine, elle finit par tomber, en 332 avant Jésus-Christ. La ville est pillée, sa population, massacrée. L’empire des valeureux navigateurs levantins se dissout dans la civilisation hellénistique.

Comment les Phéniciens ont-ils mené leur conquête?

Une époque où les politiques expansionnistes conduisaient les souverains à raser les villes conquises, les Phéniciens font plutôt figure de pacifistes. Ils implantent leurs comptoirs et leurs colonies dans des sites localisés au contact de la mer, sur des îles, des promontoires ou dans des ports naturels. Leur objectif est de vendre leur artisanat et de se procurer les matières premières dont ils ont besoin. Chypre, leur première escale, leur fournit du cuivre. En Afrique du Nord, ils trouveront de l’or et de l’ivoire. En Sardaigne, du cuivre et du plomb. En Espagne, de l’argent. Aux viiie et viie siècles, ils dominent ainsi le commerce dans l’ensemble de la Méditerranée. Huile, vin, bijoux, épices, objets en verre, bronze, et encore esclaves, chevaux et animaux exotiques, singes ou crocodiles, circulent sous leur contrôle. Leurs coupes en argent, finement ciselées, sont diffusées de l’Assyrie à l’Etrurie. Leurs fameux tissus de laine colorés de la pourpre qu’ils extrayaient du murex, coquillage abondant sur leurs côtes, sont réputés de la Mésopotamie aux rives occidentales de la Méditerranée. Leurs succès suscitent néanmoins quelques jalousies. Le Grec Homère vante les mérites de ces habiles artisans, mais il les décrit aussi comme «des marins rapaces qui, dans leur noir vaisseau, ont mille camelotes».

Expo Fenicios París 004

Photo: Cette plaque métallique découverte à Balawat (Irak) montre une scène de déchargement de bateaux phéniciens. plaque de revêtement de porte, vers 850 av. J.-C. © DR/RMN

Que dit et que montre l’exposition?

En quelque 600 objets, elle retrace cette fabuleuse épopée. Des statuettes de divinités aux sarcophages, des bracelets aux œufs d’autruche peints, on découvre un art qui resta longtemps déprécié. En 1860, Ernest Renan revient déçu d’une mission d’exploration lancée par Napoléon III. Byblos, Sidon, Tyr, Arwad : il a parcouru les sites les plus importants. «L’Antiquité phénicienne est, de toutes les antiquités, la plus émiettée», écrit l’historien à son retour. A une époque où la Grèce et son idéal d’harmonie classique constituent le modèle, l’art phénicien, au contenu éclectique, apparaît comme un «art d’imitation», un «art bâtard». Des générations d’historiens ont véhiculé cette idée. La grande exposition qui se tint, en 1988, au Palazzo Grassi, à Venise, a largement permis de réhabiliter cette civilisation. L’art des Phéniciens est le miroir de l’internationalisation de leur commerce. Il puise à différentes sources, égyptienne, mais aussi assyrienne, mésopotamienne et égéenne. Sphinx, griffons, palmettes, scarabées: les artistes reprennent les motifs iconographiques, qu’ils réinterprètent, déforment, adaptent au goût de leurs commanditaires ou de leurs destinataires. Souvent prime l’aspect décoratif, au détriment de la valeur symbolique. Ainsi reproduisent-ils des hiéroglyphes pour leur caractère ornemental sans tenir compte de leur signification. Mais ils introduisent aussi dans leurs créations une fantaisie qui leur est propre, manifestant ainsi leur refus d’appliquer conventions et canons. Du fond de la nuit des temps, les Phéniciens semblent nous dire que, pour bien se connaître, il faut s’ouvrir aux autres, même aux plus différents.

Expo Fenicios París 003

La Méditerranée des Phéniciens, de Tyr à Carthage. Institut du monde arabe, Paris (Ve). Jusqu’au 20 avril 2008.
A lire : le catalogue, sous la direction d’Elisabeth Fontan et Hélène Le Maux (IMA/Somogy). Et aussi : Les Phéniciens, par André Parrot, Maurice H. Chéhab et Sabatino Moscati (Gallimard), et Les Phéniciens, aux origines du Liban, par Françoise Briquel-Chatonnet et Eric Gubel (Découvertes Gallimard).

Fuente: LEXPRESS.fr du 06/11/2007
Enlace: http://www.lexpress.fr/mag/arts/dossier
/pheniciens/dossier.asp?ida=461156&p=1

¿Y esta publicidad? Puedes eliminarla si quieres
¿Y esta publicidad? Puedes eliminarla si quieres

2 comentarios

Pierre -

Il y a un livre Aliyan el Rey Jaguar qui raconte l'histoire des phéniciens qui furent les premier colons en Amérique. Les Olmèques civilisation d'origine phénicienne
http://www.lulu.com/content/libro-tapa-blanda/aliy%C3%A1n-el-rey-jaguar/6607404

karen -

super.
¿Y esta publicidad? Puedes eliminarla si quieres